« Un ancien ministre distribue des tracts sur une autoroute | Accueil | Un système de voitures en libre-service prochainement à Paris »

Commentaires

Gilles

Traverser les Pyrénées dans leur centre s'averera être la solution la plus coûteuse,
la moins pratique et donc la moins efficace.

M.J. Debaty

Mais que souhaite le département des pyrénées Atlantiques?
habitant ce département depuis 9 ans, je suis consternée par l'antogonisme d'un tissu économique dynamique et d'une non volonté d'ouverture : ce dépatement d'Aquitaine a sa préfecture (Pau)enclavée contre ses montagnes. On attent la réalisation de l'autoroute Pau Bordeaux depuis des dizaine d'années, l'accès au Samport est digne du précédent sciècle (alors que côté espagnol, c'est un vrai axe de communication à plusieurs voies)
la remise en état de la ligne férroviaire de Campfrant (tout à fait réalisable) serait un bonheur pour le ferroutage. Tout peut permettre des échanges, des collaborations entre ces lieux frontaliers mais la volonté politiques des béarnais était-elle vraiment de s'ouvrir? la prouesse du député Lassalle laisse à penser que le Béarnais a d'abord le béret vissé sur un front bas (risque de vraie délocalisation de Toyal) au lieu de voir l'extraordinaire modernisation que peut apporter quelque changement non révolutionnaire. La vraie politique des Pyrénées Atlantiques est-elle de se cramponner à une identitée immuable de traditions réservée aux béarnais de souche ou de s'ouvrir à une économie qui lui permettra de concilier sa particularité géographie, son bien vivre et son progrès social?

phila

Alors que le Grenelle sur l'Environnement est programmé, on oubli d'y parlé du problèmes des déchets (et des incinérateurs notamment), des transports ou encore de la santé. Comment aujourd'hui peut-on lire qu'il y a un projet de tunnel sous les Pyrénées? Juppé et Sarkozy n'ont cure de l'environnement et le prouvent. Ce projet provoquera des nuisances pour les pyrénéens sans leur apporter le moindre avantage. Comme à chaque tunnel. Le patrimoine ne peut être bradé sous la bannière de l'économie et des transport en l'occurence. Il existe bien d'autre moyen de désenclavé l'Espagne, à commencer par l'Arc Atlantique, qui bien utilisé, et non pas simplement supputé, permettrait d'acheminer des volumes considérables. L'Espage a un accès par l'Atlantique et la méditerrannée à toute l'Europe. Pourquoi toujours préférer les voie terrestre, source de conflis et de dommage gravissime au patrimoine et aux populations. Encore uns fois, de qui se moque-t'on.

antoine  P

Une remarque : seul M. Zapatero parle de traversée CENTRALE....
M. Sarkozy n ' évoque à aucun moment une centralité à priori de la traversée ferroviaire des Pyrénées....
L ' intérêt de la France me semble être de privilégier des liaisons ferroviaires littorales , là où sont les camions , plutôt qu ' une traversée centrale , au coût exorbitant , parce que les Pyrénées y sont plus hautes et plus larges...

mazzella lucien

SI LE PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL PACA CONSERVE POUR LE TUNNEL SOUS LE MONTGENEVRE UN DELAI LOINTAIN EN 2020 NE PASSERAIT-ON PAS ALORS EN PERTES ET PROFITS CE TUNNEL DU MONTGENEVRE TANT ATTENDU POUR DESENCLAVER LES ALPES DU SUD?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Un blog

A propos des commentaires

  • Les commentaires sont modérés. Ils apparaîtront dès qu'ils auront été validés par les auteurs.

    La rédaction du "Moniteur" se réserve le droit de publier certains commentaires dans l'hebdomadaire.

www.lemoniteur.fr on Facebook
www.lemoniteur.fr on Facebook