« "Cy'clic", la déclinaison rouennaise du service de vélos en libre-service de JC Decaux | Accueil | Tourne-à-droite à Strasbourg, feu vert du ministère »

Commentaires

Leah

Je me suis permise une petite blague en image sur http://www.bikeinthecity.com/index.php/2008/02/04/9-quand-on-sort-un-velib-de-paris-il-sonne

LANGMAN

Le monopole sur les panneaux publicitaires dans Paris au demeurant panneaux créant des troubles de la vigilance du fait d’un système rotatif des affiches d’annonces captant la vision tant des piétons, des cyclistes, des motards, des automobilistes se devrait d’être prohibé par le Conseil de la Concurrence.

La libre concurrence sur un territoire tel Paris se devrait d’être. Le principe de précaution face aux comportements incivils des motards et cyclistes doit être mis en œuvre par une interdiction de circulation ou amendes et condamnations pénales lorsque nécessaire. Les responsables des installations marchandes de stations commerciales construites à même la chaussée doivent être mis en cause entre autre du fait de construction en dur au profit d’une société commerciale.

Des vélos mis à disposition contre paiement par carte (sans la possibilité légale de paiement en monnaie officielle l’euro) au profit de gens bien portant pouvant faire une petite trotte à pieds dans Paris (moins de 30 mm) ne paraît point raisonnable. Mettre la moitié de ces emplacements sans travaux de gros œuvre (économie) à disposition des personnes à mobilité réduite (handicapés), personnes âgées, femmes ou pères avec enfants en bas âges ne pouvant pédaler, prendre les transports en commun…se devrait d’être prioritaire et responsable.

Lucien David LANGMAN Expert Technico Juridique

A Brun

Bien joué, la situation est donc dorénavant biaisée:
- ou la Vp passe un avenant (plusieurs?) à JC Decaux et l'économie du marché initial est rompue
- ou des appels d'offres sont lancés en banlieue en prenant soin d' éviter une rupture de charge aux portes de Paris et JC Decaux possède un avantage concurentiel certain.
mais je m'interroge:
- la ville de Paris ignorait-elle lors de l'appel d'offre initial l'existence de banlieusards?
- a-telle préféré mettre les "petites communes" de banlieue devant le fait accompli de la grande ville de Paris?
- tout ceci n'était-il pas organisé d'avance?

Au fait quelles sont les communes concernées par l'offre parisienne?

Matthieu Desiderio

Pourquoi ne pas procéder à un nouvel appel d'offre similaire à celui passé à Paris et gagné par JCDecaux dans les zones de banlieues: si le cahier des charge impose la mise en place de vélos "compatibles" avec le Vélib' Parisien, JCDecaux sera probablement le moins-disant... Pas très éthique mais au moins environmentally friendly.

--
Matthieu DESIDERIO

Visit the Transport Information Group: www.matthieudesiderio.com
Subscribe to the Newsletter: TIG-mdesiderio-subscribe@googlegroups.com
http://groups.google.com/group/TIG-mdesiderio

FAY Laurent

Il est normal que la concurence soit maintenue, mais il faudra que les systêmes soient compatibles, quelque soit le moins disant...là ça deviend plus compliqué !

Francine

Ne pas permettre à la banlieue de mettre en place des vélos !
Tout simplement SCANDALEUX !

l'un des arguments pour le vélib est la diminution des pollutions et des émissions de gas, etc...bref l' ECOLOGIE.

Pourquoi ne serait elle que la préoccupation de la ville de Paris ? au nom d'une concurrence ? donc des finances.....

S'il restait un doute possible sur la véritable intention humanitaire et environnementale, il n'y en a plus, ce sont les intérêts financiers qui sont le coeur des actions.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Un blog

A vélo !

  • A propos de ce blog

    Ce Moniblog, animé conjointement par la Fubicy (Fédération des associations d’usagers de la bicyclette) et des journalistes (cyclistes) du Moniteur souhaite ouvrir le débat sur les aménagements cyclables en ville (piste cyclable, bande cyclable, rue mixte à trafic auto réduit…).
  • A propos des auteurs :

    Bernadette Humeau est membre du comité directeur de la Fubicy, la fédération des associations d’usagers de la bicyclette, qui regroupe 140 d’entre elles en France. Journaliste free-lance, elle s’intéresse aussi en sociologue à la mobilité quotidienne. Laurent Miguet est chef de service au Moniteur, responsable de la région Est. Jean-Philippe Defawe est rédacteur en chef du Moniteur-expert.com
Blog powered by Typepad
www.lemoniteur.fr on Facebook
www.lemoniteur.fr on Facebook